Le partage de Noël

C’était il y a un an, le 24 décembre 2015. Je sortais de chez le tatoueur après une journée passée sous les aiguilles. J’étais pressée, il était tard, j’étais en retard pour les derniers préparatifs du repas avant que mes invités n’arrivent.

Je suis passée devant une boulangerie, qui pour l’occasion ressemblait surtout à une usine. Un nombre incalculable de gens y entraient, faisaientt la queue, en sortaient avec leur pain ou leur pâtisserie sous le bras. Et juste à côté de la porte, il y avait un homme, qui lui ne ressentait pas cette agitation de Noël. Il attendait, simplement: que quelqu’un se retourne sur lui, un sourire, juste un peu d’attention. Cet homme était un sans abri.

Je venais de passer une journée merveilleuse a réaliser mon projet, j’allais rentrer retrouver ma famille, mes enfants, mon amoureux pour déguster un bon repas et partager un moment magique avec eux, et lui était la, dans le froid. Je voyais ces gens tellement emportés par les préparatifs de Noël qu’ils ne voyaient même pas cette personne.  L’indifférence me rendait folle.

Je me suis donc arrêtée pour lui donner un peu d’argent, manque de bol mon porte feuille était quasiment vide, je n’avais pas beaucoup de monnaie sur moi, je me suis même sentie honteuse de m’être arrêtée et ne pas pouvoir lui donner plus. Il m’a remerciée avec un grand sourire, et m’a souhaité de joyeuses fêtes. J’ai fait de même, même si je ne savais pas ce que cela voulait dire pour lui.

Puis on a commencé à parler, il avait un endroit ou aller pour passer la nuit, une sorte de centre, mais il passerait Noël seul, sans ses filles. Cependant il relativisait, il aurait un lit ce soir et un repas chaud.

« Et je me souviendrai de vous et de cette conversation, une sorte de cadeau de Noël avant l’heure »… m’avait-il dit.

Je suis rentrée chez moi, en retard, j’ai fini de préparer mon repas, en retard, j’ai habillé mes enfants, en retard, les invités sont arrivés, je n’étais pas prête, et alors? Je n’avais pas grand chose à donner à cet homme, juste quelques pièces et quelques minutes de mon temps. Personne ne m’en a voulu d’être en retard, et moi je me suis sentie le coeur rempli de gratitude pour cet homme qui m’a fait comprendre ce que voulait vraiment dire « le partage de Noël », et je crois qu’il a été mon plus beau cadeau.

Je vous souhaite de merveilleuses fêtes.

partage_noel

Publicités

9 mois plus tard…

9 mois, ce chiffre à lui seul veut tout dire. C’est le temps qu’il faut pour que la vie se crée, 9 mois pour voir son enfant grandir à travers les échographies, apprendre à reconnaître les coups à travers son ventre qui s’arrondit, préparer une chambre pour accueillir ce petit être qui va devenir toute notre vie.


Aujourd’hui, c’est le terme de ces 9 mois, aujourd’hui, tu aurais dû naître. Cela ne se fera jamais. Je le sais depuis six mois, depuis ce jour où j’ai vu ton image immobile sur l’écran de l’échographie, cette image silencieuse car ton cœur ne battait plus.

Je retiendrai à jamais cette date du 10 décembre 2016, ce jour où j’aurais normalement du faire ta connaissance. Étais tu une fille ou un garçon? À qui aurais-tu ressemblé? Quel prénom t’aurait-on donné? Je ne le saurais jamais…

9 mois plus tard, tu n’es pas la, mais peu importe où tu te trouves, je t’aime!